Les conseils d’un mécanicien professionnel pour faire l’entretien de sa voiture

par Mecagirl - Pas de commentaire

Cela faisait longtemps que j’avais fait un article-interview et je me suis dit que ce serait une bonne idée d’en refaire un pour vous présenter mon ami mécanicien professionnel Akly que j’ai rencontré lors de mon premier tournage télé dans un self-garage, il y a quelques années maintenant ;)

Comment es-tu tombé dans la mécanique ? Qu’est-ce que tu aimes dans cette activité ?

Par passion depuis l’âge de 10 ans, en voyant les motos et les mobylettes. Mon père en réparait une à l’époque, c’était une BB Peugeot avec un embrayage à poudre et ça me facinait à l’époque de voir toutes ces pièces et je suis tombé dedans comme ça:) A ce jeune âge, réparer toutes ces pièces en mouvement me paraissait insupportable et en même temps c’était passionnant. Déjà petit, je voulais être chirurgien et je me disais, la mécanique, c’est comme le corps : il y a plein de pièces qui servent à faire vivre le moteur (si on imagine bien-sûr que le moteur a un cœur;)) et j’ai donc eu envie de voir ce qu’il y avait concrètement à l’intérieur.


Crédit photo : Wikipédia


Quelles sont les plus mauvaises habitudes que tu as remarqué chez tes clients ?

La société de consommation actuelle dans laquelle nous vivons a bousculé notre approche à la voiture. Jadis, acheter une voiture était un événement comme acheter une montre ou une télévision. La donne a changé, auparavant nous prenions davantage soin des choses contrairement à aujourd’hui où on est dans l’optique « on prend et on jette ».
Les gens veulent que ça aille vite, toujours plus vite. Ils prennent la clé, démarrent la voiture et le reste ne les intéresse pas, il faut que ça fonctionne. Autrefois, on pouvait laisser sa voiture chez un mécanicien 2-3 jours pour un problème important, on le comprenait, désormais, on doit tout faire vite et si l’opération dure plus d’une heure, on crie au scandale. Je dirai donc que c’est le manque de patience et de tolérance chez les clients qui est le plus difficile à gérer aujourd’hui en tant que professionnel.

Quels conseils donnerais-tu a quelqu’un qui souhaite débuter en mécanique (à part bien-sûr suivre le blog lamecaniquepourlesfilles.com;)) ?
Regarder tout d’abord comment est fait une voiture, comment cela fonctionne, comprendre la base en se documentant. Quand je parle de base, je pense aux premiers moteurs, à leur conception, aux différentes pièces en mouvement. On se rendra ainsi rapidement compte que cela est plus complexe qu’il n’y paraît et que tout a sa place. Tout est calculé non pas au millimètre mais au micron. Même s’il y a eu beaucoup d’évolution, la base reste la même. Pour apprendre à courir, il faut d’abord savoir marcher. En mécanique, c’est pareil, il faut prendre le temps de savoir comment ça fonctionne.
Internet est un très bon outil d’apprentissage mais il faut être prudent car il y a tout et n’importe quoi. L’avantage d’internet par rapport aux livres est que l’on peut voir des vidéos qui montrent le fonctionnement du moteur à 2 temps, à 4 temps en mouvement. C’est très ludique.

Quels conseils donnerais-tu à quelqu’un qui souhaite faire l’entretien de base sur sa voiture ?

Commencer par lire le manuel d’entretien qui est le livre de référence pour une personne qui veut entretenir correctement sa voiture. Il donne toutes les caractéristiques techniques propres au véhicule : caractéristiques moteur, type d’huile, contenance des différents réservoirs, leur emplacement… etc J’ai déjà vu des gens mettrent du liquide de refroidissement à la place de l’huile moteur car ils n’ont pas su comprendre les logos sur les bouchons. Faire un manuel d’entretien coûte de l’argent, si les constructeurs le font c’est qu’il y a une raison, autant s’en servir;)

manuel-utilisateur-mecagirl

On dit souvent que les mécaniciens sont des voleurs, que réponds tu à ça ?  
Il y a une chose qui fait selon moi, un bon mécano : c’est le fait qu’il soit passionné par la mécanique, l’argent ne fait pas tout. Même si je sais que le contexte économique actuel assaille les garagistes de nombreuses taxes et autres procédures administratives. Si un mécanicien veut s’épanouir dans son métier et avoir une activité pérenne, il doit savoir expliquer aux clients avec des mots simples le problème de leurs voitures. Faire comprendre aux clients pourquoi il doit réaliser ces tâches, être transparent, garder les anciennes pièces, appeler avant de faire chaque intervention. Un mécano pas passionné n’arrivera pas à transmettre sa passion et à expliquer ce qu’il doit faire. Il y a de moins en moins de petits garages en ville où les gens pouvaient établir une relation de confiance et de proximité avec leurs garagistes, on reste dans les grands groupes qui sont focalisés sur le profit pour financer leurs grosses structures.

As tu déjà vu des choses pas « réglos » ?
A l’époque où je travaillais dans un centre auto, un client est venu avec un ressort d’amortisseur cassé d’un côté sur sa voiture. Je l’ai signalé au management pour que le client prévoit de changer les deux ressorts d’amortisseurs car ça fonctionne par paire, comme les paire de chaussures;) On m’a demandé de couper le ressort d’amortisseur de l’autre côté pour qu’il soit à la même hauteur. On m’a déjà demandé de régler une géométrie avec une rotule de direction qui avait un jeu excessif, faire une purge de frein avec des flexibles de freins très craquelés…
Il y a des grands groupes qui sont dans l’optique du profit uniquement et qui font n’importe quoi. Certains groupes embauchent des personnes qui ne sont pas du tout issues de la mécanique. J’ai eu deux collègues de travail qui étaient responsables d’atelier : l’un venait de Kiabi et l’autre du rayon boucherie à Leclerc. Ils prenaient la carte grise des véhicules des clients pour avoir la bonne référence de pièce à changer mais parfois cela ne correspondait pas du tout. On était en conflit permanent car ils n’étaient pas du métier. Après, certaines personnes n’ont pas eu de formation spécifique mais sont passionnées et sont désireuses d’apprendre et d’autres qui exécutent car elles ont juste besoin d’un travail pour gagner de l’argent.

pix-garagiste-voiture

Quels conseils donnerais tu pour justement ne pas se faire avoir ? Est-ce qu’il vaut mieux aller en concession, chez le garagiste de quartier que l’on connaît, dans un centre auto ou aller dans un self-garage en faisant par soi-même ?

Cela dépend de l’intervention à faire. On ne peut pas tout faire en mécanique surtout que les véhicules sont de plus en plus complexes aujourd’hui et du matériel très pointu est nécessaire. Sur les Renault Scenic de type II ou III par exemple, les freins arrières sont électriques et il faut pouvoir piloter ces freins électriques de façon à faire rentrer le piston d’étrier afin de pouvoir changer les plaquettes de freins. Une personne qui n’a pas cette information va démonter sa roue, sortir l’étrier, essayer de changer ses plaquettes de freins et va aller à la catastrophe. Certaines opérations d’entretien simples comme changer les filtres à air, à habitacle peuvent être facilement réalisées mais beaucoup d’opérations nécessitent d’avoir l’outillage adéquat et on ne peut pas tout faire. Il ne faut pas hésiter à s’appuyer sur la RTA (revue technique automobile) et regarder des vidéos tutoriels de personnes qui l’ont déjà fait et avoir les bons outils. Parfois, on ne peut pas faire faute de connaissance technique, de matériel adéquat donc il vaut mieux ne pas faire lorsqu’on ne sait pas. Quand on ne sait pas faire, il faut savoir le dire et s’orienter vers des professionnels compétents. Je dis souvent: les gens bêtes sont des gens dangereux parce qu’ils ne savent pas ce qu’ils font.
La politique dans les centres auto a évolué et ils ont maintenant des ingénieurs et du personnel qui apporte un vrai support technique. La règle d’or est d’avoir toujours 2-3 avis. L’intérêt du garagiste de quartier est de faire du bon travail pour conserver sa clientèle. La qualité du travail est plus aléatoire chez les grands centres auto comme les concessions, il y en a des bons et des moins bons, tout dépend du dirigent. Personnellement, j’aurais tendance à privilégier le petit garagiste indépendant parce qu’il a souvent à cœur de bien faire son travail, a un tarif de main-d’œuvre moins cher et accorde une place importante au relationnel.

Comment vois tu l’évolution de l’automobile et celle du métier de mécanicien dans les années à venir ?
Je pense que l’évolution a été très importante durant ces 30 dernières années, on peut déjà noter ce changement à l’école. Les apprentis aujourd’hui sont un peu perdus et on ne leur apprend pas forcément les bonnes choses. Un apprenti dans les années 80 était capable au bout de 2-3 ans avec un bon maître d’apprentissage de refaire un moteur complètement de A à Z. Aujourd’hui, le travail consiste davantage à changer les pièces, les mécaniciens actuels sont davantage des changeurs de pièces car on leur demande un gain de temps et de productivité. Avec les véhicules électriques, la tendance va s’accentuer, le métier de mécanicien traditionnel évoluera vers un métier de technicien et de changeur de pièce.

La plus grosse angoisse lorsque l’on pense à l’entretien de sa voiture est le moment de payer la facture au professionnel. Afin de réaliser des économies, les personnes qui souhaitent faire elles-mêmes les opérations courantes s’orientent souvent vers des produits à bas prix au détriment de la qualité. Qu’en penses-tu ?
Dans un premier temps, il est toujours bon de s’adresser aux concessions car ils font parfois des opérations de promotion intéressantes et vous avez l’avantage d’avoir des pièces d’origine avec un cahier des charges assez sévère. Cela vous donnera également une idée du prix si vous ne souhaitez pas acheter chez eux.
Les grands équipementiers comme Bosch, Valeo et autres font de très bonnes pièces adaptables.
Attention aux pièces à bas coûts qui peuvent parfois être des arnaques, on a l’emballage et l’aspect extérieur mais la qualité n’est pas au rendez-vous. Cela peut s’avérer dangereux lorsque cela touche aux organes de sécurité de la voiture car votre vie est en jeu. Il vaut mieux parfois privilégier une différence de 10 euros de plus pour avoir un produit de qualité.

Que dirais-tu à une fille qui veut se lancer dans la mécanique ? Je parle en connaissance de cause, les femmes qui s’intéressent à ce milieu majoritairement masculin sont souvent victimes de clichés ?
Je rencontre de plus en plus de femmes attirées par la mécanique et même si c’est un milieu particulier, je l’encouragerais . Il ne faut pas oublier que durant les deux guerres mondiales, pendant que les hommes étaient au front, c’étaient les femmes qui étaient dans les usines à remonter les moteurs. Les femmes sont aussi capables que les hommes, beaucoup pensent que c’est lourd, c’est sale et ne persévèrent pas. Moi, ma fille, je lui ai appris la mécanique et ça lui a toujours fait plaisir, ça lui a permis d’avoir une corde de plus à son arc et de trouver du boulot.

Le mot de la fin ?
Ne vous lancez jamais sur quelque chose que vous ne maîtrisez pas surtout sur les nouvelles technologies de voitures. Pourquoi ? Parce que ça peut vous coûter très cher et surtout car vous pouvez mettre votre vie en danger notamment avec les véhicules électriques et hybrides. Vous pouvez vous électrocuter si vous mettez vos mains n’importe où avec la très haute tension. Il vaut mieux dire «  je ne sais pas » qui est pour moi une preuve d’intelligence plutôt que de dire « je sais » car c’est une bêtise;)