Se lancer dans la restauration d’une voiture : bonne ou mauvaise idée?

Nombreux sont celles et ceux qui se lancent dans la restauration d’une voiture ancienne que cela soit dans un but lucratif ou pour le plaisir de l'ancienne mécanique et de pouvoir voyager dans le temps près de chez soi ;)


Si c'est dans le but de gagner de l'argent, sachez que vous avez le droit d’acheter et de revendre légalement 3 voitures par an sans que cela soit considéré comme un business.


Comment bien se lancer dans la restauration d'une voiture ? Quels sont les éléments à prendre en compte pour que ce bon plan ne se transforme pas en gouffre financier ?

Le choix du véhicule

Les nostalgiques auront à cœur de retaper une youngtimer (voiture d’occasion des années 80) tandis que certains se lanceront dans l’achat d’une voiture de collection.


Les vieilles voitures type 2CV ont la côte et ne sont plus forcement les meilleures voitures pour faire une plus-value car elles sont très recherchées. 


Plus votre auto est ancienne, plus il sera difficile de trouver des pièces.

Vous pouvez tout à fait investir dans des voitures plus modernes qui sont bradées sur le marché d’occasion car le propriétaire ne souhaite pas engager de trop grosses dépenses dessus.

Le choix se fait en fonction de vos affinités et de vos connaissances techniques. 

Conseils Mecagirl : Pour vous faciliter la tâche, préférez une voiture avec le moins d’électronique possible ;)

Quoi regarder sur la voiture avant de l'acheter ?

Comme pour tout autre type d’achat d’occasion, assurez-vous de l’état général du véhicule et de son entretien.
Cf mon article Comment achetez une bonne voiture d’occasion ?


Si vous vous lancez dans cette aventure, l'idéal étant d'avoir déjà les connaissances techniques qui vous permettent de repérer facilement les défauts visibles et moins visibles ;) Ou à défaut, vous avez des personnes dans votre entourage prêtes à vous aider.


Sauf usure normale, de grosses réparations type changement de joint de culasse ou changement de moteur complet signifient que l’entretien n’a peut-être pas été correctement fait.
L’idéal est d’acheter une voiture en état de rouler, cela vous évitera d’avoir un attelage pour la transporter. 


Enfin, je vous conseillerais d’en acheter une dont les réparations ont clairement été repérées. Il n’y a rien de pire qu’une panne électronique aléatoire par exemple. 


N'hésitez pas à vous faire accompagner d'un passionné et/ou d'un(e) mécano pro lorsque vous allez voir une voiture.

Une organisation à prévoir

Pour restaurer une voiture, vous aurez besoin d’un endroit pour la stocker, un jardin ou un garage.
Le top est d’avoir un garage fermé ou une grange avec de l’électricité.
Outre le temps que vous allez passer dessus, il ne faut pas perdre de vue le budget que vous vous serez fixé pour retaper la voiture. 


Au début, excité de votre achat, vous serez motivé à vouloir faire plein de modifications et au bout de quelques mois, la facture s’annonce plus salée que prévu.

Conseils Mecagirl : Prévoyez un autre moyen de transport le temps que vous travaillerez sur votre voiture. 

C’est assez stressant de savoir que les travaux que vous entreprenez le matin doivent être finis obligatoirement le soir même car vous n’avez pas d’autre moyen de locomotion pour aller au boulot le lendemain ;)


Retaper une voiture est un projet de longue haleine qui requiert beaucoup de temps et d’argent et malheureusement certains sont contraints d’abandonner en cours de route. 


Sans parler du côté financier, vous pouvez tout à fait vous lancer dans cette aventure pour le plaisir de la mécanique ! ;)

Interview de passionnés

J'ai eu la chance d'interviewer 3 passionnés d'anciennes qui partagent leurs expériences dans le domaine de la restauration de leur ancienne.
David restaure plusieurs voitures dont une 2 CV :
Maïlys restaure une austin mini avec son père :
Si vous voulez suivre la restauration de Simone, rendez-vous sur son compte instagram : @my.french.mini

Matt Hudgel a une chaîne youtube "Matt Hugdel, l'autodidacte" entièrement destinée aux passionnées d'anciennes comme lui. Il retape plusieurs voitures, j'ai eu la chance de l'interviewer :
interview-matt-hudgel-lautodidacte

La clé de la réussite

Je ne peux que vous recommander de côtoyer des personnes ayant déjà fait cette démarche avant vous si vous décidez de vous lancer dans l'aventure de la restauration d'une voiture. 


Que cela soit virtuellement avec des chaînes youtube, des forums ou physiquement lors de rencontres de passionnés d'un club, de sorties...etc
Soyez entourée pour être bien conseillée !


Cela vous fera gagner du temps et de l'argent car il y a de grandes chances que des personnes plus expérimentées aient déjà rencontrées les mêmes problèmes que vous. De plus, si certains outils spécifiques sont nécessaires, vous pouvez vous les prêter. Vous pourrez vous partager des bons plans entre passionnés !


Il est autant appréciable d'avoir de l'information technique juste que d'avoir les conseils pratiques :)


Si votre projet de restauration est ambitieux, être bien entourée est la clé de réussite !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked

  1. Quelques omissions dans cet article.

    Aucun texte ne régit le nombre de voitures qu’un particulier peut vendre ou acheter. C’est une légende urbaine… n’importe qui a le droit de changer de voiture tous les mois si ça lui chante.
    PAR CONTRE, si il est avéré que c’est un système organisé pour générer des bénéfices, le fisc peut dès lors requalifier l’activité en activité professionnelle, avec les charges afférentes.

    Autre point, les plus values à la revente d’une voiture de + 30 ans sont taxables depuis la loi de finance 2014. Dossier intéressant ici :
    autocollec.com/fiscalite-voitures-de-collection/

    Attention aussi au mirages de la restauration « by myself » … Wheeler Dealers ou Car SOS ce n’est pas la vraie vie. A lire sur le même site :
    autocollec.com/restaurer-une-voiture-de-collection/

    Bonne restauration !

  2. Un peu comme le précédent commentaire, je voudrais attirer l’attention sur le mirage de la restauration « by myself ». Alors évidemment, vous allez dire « il vend des voitures, il prêche pour sa paroisse ». Franchement, non. On a passé l’âge et on a une approche purement passionnelle, artisanale et émotionnelle de la voiture de collection.
    Par contre, on a croisé des dizaines de gens qui nous ont dit « on ne se lancera plus jamais dans une restauration nous-même ». Et regardez les annonces « projet à terminer » ….

    Posons le problème…

    Une restauration, c’est de la carrosserie, de la peinture, de la mécanique basique, de la mécanique de précision. Une restauration correcte, pour un pro efficace, c’est entre 600 et 1.000 h de travail, parfois le double. On parle bien de restauration, pas une rénovation qui se cantonne à un gros entretien + polish.
    Pour un autodidacte voire un novice, les temps ci-dessus seront à multiplier par 4 … à décliner en autant de WE et de soirées passés dans le garage. Ca sent le divorce à plein nez… observez, combien de « passionnés » qui restaurent leur voiture sont célibataires ? On en parle peu, mais observez…

    Une restauration, c’est des compétences. C’est assez rare d’être un bon comptable ou enseignant (dans la vie de tous les jours) et aussi bon carrossier, peintre, mécanicien, metteur au point… en même temps.

    Une restauration, c’est de la place. Pas question de faire ça dans un box de 15 m2. C’est minimum 40 à 50 m2 pour pouvoir évoluer autour du véhicule, stocker, travailler.

    Une restauration, c’est de l’outillage. Un set de clés ne suffit pas … perceuse sur colonne, tour, poste à souder, outils pneumatiques, matériel spécifique au montage du moteur … beaucoup de choses sont nécessaires. Et ça on ne le compte jamais dans le coût de la restauration.

    A l’expertise …. le systeme actuel ne reconnait pas le « by myself » et va exiger des factures de professionnel pour valider la plus value d’une restauration ou d’une réfection de moteur. C’est ballot, mais c’est ainsi.

    Wheeler Dealers, c’est bien mais c’est de la télé-réalité. Si vous êtes un tant soi-peu observateur, vous remarquerez que les voitures proposées à la revente, à la fin, ont fait l’objet de réparations/améliorations qui n’apparaissent pas dans le décompte final, sans même parler du décompte des heures, du peintre qui fait « un bon prix », du marchand de pieces détachées « qui font un bon prix » …. etc etc ….

{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}